Musée du Malgré-Tout
Musée du Malgré-Tout
logo
expo précédente
expo suivante

Des jeux du stade aux jeux du cirque

Expo Jeux

De l'époque des poèmes homériques, jusqu'à la bande dessinée contemporaine, l'exposition retrace l'historique des jeux sportifs de l'Antiquité gréco-romaine.

Dans un premier temps, les Jeux ont une destination funéraire puisqu'ils servent à honorer la mémoire du défunt. L'Iliade et l'Odyssée d'Homère rapportent l'usage de cette tradition déjà bien ancrée dans la mentalité grecque. Ils comportaient une série d'épreuves multiples telles que la course, la lutte, le pugilat, les courses de chars, ainsi que les disciplines du pentathlon. De plus, il existait aussi des sports non-olympiques : archerie et duels armés dans l'Iliade et, concours de chant et de danse dans l'Odyssée.

Dès le VIIIe s. A.C., le développement des Jeux panhelléniques, dont les plus prestigieux sont les Jeux Olympiques, va modifier et influencer profondément la perception du sport pour donner naissance à la notion d'athlétisme. Le programme des concours va se diversifier et s'enrichir. À l'instar des grandes stars du sport moderne, certains athlètes étaient de véritables icônes.

Par ailleurs, il existe, dans la plupart des grandes cités grecques, des Jeux qui leur sont propres. Un des exemples les plus célèbres est celui d'Athènes et ses jeux panathénaïques. Le programmes sportif, plus étendu qu'à Olympie, comportent une vingtaine de compétitions : courses de chars, courses hippiques, courses à pied, courses en armes, pugilat, lutte, pancrace, pentathlon, courses navales, courses équestres de lanceurs de javelot sur cible, exercices de voltige effectués par les apobates... ainsi que des concours de musique et de théâtre.

Jeux sacrés, les Jeux Olympiques vont évoluer, à l'époque de la République romaine, vers un "sport spectacle" avec les courses de chars dans les cirques et les combats de gladiateurs dans les amphithéâtres. Lointain avatar du combat homérique entre Ajax et Diomède, la gladiature trouve son origine dans les combats armés, organisés lors de rites funéraires dans le sud de l'Italie, au début du IVe s. A.C.

L'exposition confronte la documentation antique (peintures sur vases grecs, figurines en bronze, bas-reliefs, mosaïques, verres, terres cuites...) à la vision contemporaine véhiculée par la bande dessinée, et devrait séduire aussi bien les amateurs de sport et d'Antiquité que de BD. De plus, elle tente de faire le point sur l'état de la recherche dans un domaine en perpétuel mouvement.